Un peu lassé du ton de beaucoup de blogs qui se réclament du christianisme, autant chez les chrétiens évangéliques opposés à l'homosexualité que chez les gays chrétiens, et de celui de trop nombreux messages laissés ici ou ailleurs, il me semble utile de rappeler quelques consignes pauliniennes.

bannerM10Faites-vous mutuellement bon accueil (Ro 15:7). Telle est l'invitation qu'adresse Paul dans son épître aux Romains au sujet de la vie dans une communauté chrétienne.

Le contexte dans lequel résonne cette invitation concerne particulièrement deux questions liées à la cohabitation des chrétiens d'origine juive et d'origine païenne : l’observance des fêtes juive et la consommation des idolothytes ou viandes sacrifiées dans les temples païens.

Paul se refuse à trancher sur les deux questions entre ceux qui ont tort et ceux qui ont raison. Ce sont toutefois ceux aux certitudes tranchées, aux repères bien balisés qui sont qualifiés de « faibles dans la foi » au verset 1.

Paul s'efforce de faire comprendre aux deux camps en présence l'argumentaire des « opposants » ; trop souvent, nous jugeons de pratiques ou d’opinions qui ne sont pas les nôtres à partir de notre point de vue sans chercher à savoir pourquoi elles sont chères à certains de nos frères et sœurs.

Paul vise à une réconciliation des points de vue autour de deux convictions qui lui semblent partagées par tous ces chrétiens : l'absolue seigneurie de Christ - servi pourtant de diverses manières (14 : 5- 6), faut-il le rappeler - et sa mort et sa résurrection pour tous (14 : 9)!

Si Paul ne répond pas de manière directe aux questions soulevées, il indique tout de même une voie à suivre : celle de la compréhension et de la prévenance mutuelles.

L'authenticité des convictions ne se prouve pas par une observance correcte de rites et de pratiques : l’abstinent et celui qui mange ont tous deux droit de cité auprès de Dieu (14 : 2).

C’est la manière juste de se comporter avec les autres - en particulier ceux qui partagent d'autres convictions - qui est le critère par lequel se vérifie l'amour du Seigneur. Renoncer au mépris (14 : 3) et au jugement (14 : 4 et 14) est pour Paul le signe authentique de la maturité chrétienne.

Plus qu’une simple « tolérance », c’est cette manière accueillante et généreuse d'être les uns avec les autres, toujours à revivre, à renouveler, à redonner, qui est présentée comme ce qui doit caractériser une communauté chrétienne divisée dans ses convictions et ses pratiques.

Accueillir n'est pas faire un compromis ou une concession de plus – jusqu’à ce que les raccords mal agencés explosent - mais c'est opérer un retour à la racine même de l'Evangile, une véritable conversion : accueillez-vous les uns les autres comme Christ vous a accueillis (15 : 7).

Le référent de l'accueil dans l'église et plus généralement entre chrétiens, c'est le Christ, dans son amour sans ombre ni variation.

Paul esquisse la magnifique fresque de son amour pour l'humanité tout entière dans le chapitre 13 de la première Lettre aux Corinthiens et invite les croyants à marcher dans cette voie. Ce chapitre de 1 Corinthiens comme celui-ci de Romains mettent l’accent sur ce que l’amour conduit à faire et à ne pas faire en direction des frères et soeurs.

Les évangélistes nous dépeignent le Christ par touches, parlant aux exclus, touchant les lépreux, renversant les préjugés, conférant une égale dignité à toute personne rencontrée. Et l'Eglise que Luc se plait à décrire comme s'inscrivant dans son sillage a les mêmes traits : elle compte comme partie intégrante du peuple de Dieu celles et ceux qui, selon une interprétation stricte des Ecritures n'auraient jamais pu y trouver place, comme l'eunuque éthiopien ou le centurion Corneille, premier de tous ces chrétiens issus des nations païennes dont la plupart d'entre nous sommes. 

Beaucoup de chrétien(ne)s lgbt demandent à leurs églises de poser sur elles et eux ce regard accueillant  sans parfois le poser réellement dans leurs blogs ;  il ne s'agit pas d'annuler tout débat ou toute expression d'opinions contradictoires mais de tirer de Romains 14 ces quelques conséquences pratiques qui seront des restrictions libératrices :

- renoncer à tout soupçon sur l'authenticité de la foi d'autres personnes qui se réclament du Christ même quand elles professent des opinions qui nous paraissent irrecevables

- renoncer à toute caricature des opinions de qui ne pense pas comme nous : cette méthode ne fait honneur à aucune argumentation

- renoncer à toute attaque personnelle dans le débat d'idée

- renoncer à tout langage ordurier ou violent

Alors le mot "fraternellement" qui clôt beaucoup de nos messages aura vraiment du sens !

Jean Vilbas